Archives de l’étiquette : galaxie

Image

Rémanent de supernova N63 A

Rémanent de supernova N63A. (Crédit: NASA/Hubble)

Rémanent de supernova N63A.
(Crédit: NASA/Hubble)

Cette photographie, prise par le télescope spatial Hubble en 2008, montre une petite partie d’une pouponnière d’étoiles, appelée N63, dans la galaxie naine du Grand Nuage de Magellan.

Cette petite galaxie spirale est un satellite de la Voie Lactée, distante du Soleil de 163 000 années-lumière, elle est visible depuis l’hémisphère sud. Elle fait partie du groupe local qui comprend, entre autres, la Voie Lactée, Andromède (qui fonce droit sur nous), la galaxie de la Carène (naine elle aussi) et la galaxie du Triangle.

Ce détail du nuage montre ce que l’on appelle le rémanent de supernova (N63 A). Il s’agit des restes de l’explosion d’une étoile massive en fin de vie qui a expulsé ses gaz à travers l’espace.

L’onde de choc de l’explosion est encore jeune, et continue à provoquer des dégâts dans les nuages de gaz environnant.

Ces dégâts sont pourtant bénéfiques, en comprimant les gaz voisins et en les chauffant, ils vont donner naissance à de nouvelles étoiles.

Image

La radiogalaxie Centaurus A (NGC 5128)

Radiogalaxie Centaurus A dans la constellation du Centaure. (Crédit: ESO)

Radiogalaxie Centaurus A dans la constellation du Centaure.
(Crédit: ESO)

Cette image est le résultat de trois photographies de la radiogalaxie Centaurus A dans la constellation du Centaure. L’une des photos fut prise en lumière visible par le télescope de la Silla au Chili. La couleur orange correspond aux ondes radios captées par le radiotélescope APEX lui aussi dans le désert de l’Atacama. Quant à la couleur bleue, elle correspond aux rayons X, et a été prise par le télescope spatial Chandra. Centaurus A est l’une des galaxies les plus brillantes vue depuis la Terre, et est une cible bien connue des astronomes amateurs de l’hémisphère sud. Elle contient un trou noir supermassif en son centre. C’est lui qui est responsable des bouffées d’ondes radio qui s’échappent du centre de la galaxie et provoquent d’intenses émissions de rayon X en heurtant la matière périphérique de la galaxie. Ces ondes radio sont générées par l’effet synchrotron appliqué aux particules qui sont piégées par l’important champ magnétique du trou noir.

Image

L’objet de Hoag

Objet de HoagDécouvert par Arthur Hoag en 1950, cet objet (PGC 54559 ici photographié par Hubble) à la forme très particulière fut d’abord pris pour un anneau d’Einstein par son découvreur. Puis, en analysant son décalage vers le rouge (effet Doppler), il fut conclu qu’il ne s’agissait pas d’un mirage gravitationnel, mais d’une galaxie tout à fait normale quoique d’une géométrie très atypique.

Située dans la constellation du Serpent, son diamètre de plus de 120 000 années-lumière est plus grand que notre galaxie, mais sa structure est inhabituelle dans le sens où sa périphérie est composée d’étoiles jeunes et massives (bleues), tandis que son centre contient des étoiles plus vieilles et plus petites (jaunes). L’espace entre les deux est très certainement occupé par des amas d’étoiles plus sombres et dont la lumière ne nous atteint pas suffisamment pour être visible.

L’origine de cette symétrie si particulière reste mystérieuse. L’une des principales hypothèses tendrait à dire qu’une autre galaxie serait passée à proximité il y a 2 ou 3 milliards d’années et qu’une partie de sa matière aurait été capturée par l’objet de Hoag, provoquant la naissance brutale de quantité d’étoiles dans le tumulte de la rencontre.

Vous pouvez remarquer qu’un objet du même type (galaxie à anneau) apparait entre les deux anneaux. Il s’agit sans doute d’une autre galaxie plus lointaine.